La Grèce est partout (Michael R. KRÄTKE)

09/04/2010

En Europe, la bonne affaire des « emprunts d’État » prospère dans l’ombre de a crise financière. Car nul créancier ne peut rêver meilleur débiteur qu’un État….

À la crise bancaire et financière a succédé rapidement et sans surprise la crise économique mondiale. Nous voici maintenant  au troisième stade de la Grande Crise : la crise des finances publiques. Un remake de « Crime et châtiment » : le généreux plan de sauvetage des banques sera payé par le citoyen lambda. La croissance exponentielle de l’endettement public sert d’arme pour imposer cette logique à coups de trique. Quelques petits peuples – les Islandais au Nord, les Grecs au Sud – osent s’opposer aux aberrations dominantes et refusent de payer la crise. Presque du jour au lendemain les dettes des autres sont devenues le problème de tous.

Lire la suite »