L’ARNAQUE de la dette publique

19/10/2009

Nous avons payé l’an dernier, en 2008, plus de 55 milliards aux prêteurs,
pour les seuls intérêts et pour une seule année, ce qu’on appelle « la charge de la dette ».

C’est transférer de notre travail et notre production 150 millions d’euros par jour — oui, par jour : un milliard par semaine !—, à ceux qui sont déjà les plus riches (qui, d’ailleurs, peuvent nous reprêter cet argent, à nouveau contre intérêt !). Mais cette monnaie qu’ils nous prêtent est presque entièrement issue de la création monétaire payante des banques privées (créée à partir d’une simple ligne d’écriture lors de « monétisation » de créances : voir le site http://monnaie.wikispaces.com/ pour les détails concernant l’émission de monnaie par les banques de second rang).

Depuis 1973, l’article 25 de la loi du 3 janvier précise que « Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France ». Ce qui signifie que notre pays s’est interdit de permettre à la Banque de France de financer le Trésor Public, c’est-à-dire de créer la monnaie dont il a besoin pour son développement (écoles, routes, ponts, aéroports, ports, hôpitaux, bibliothèques, etc.).

Et le traité de Maastricht a entériné pour l’Europe cet état de fait par l’article 104 (repris par l’art. 123 du traité de Lisbonne) qui précise  » Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. » En clair, les États sont obligés de financer leurs investissements sur les marchés financiers, en augmentant perpétuellement leur dette à cause d’intérêts iniques et non nécessaires…

dp051009-3


Et au total, c’est plus de 1 300 milliards d’euros d’intérêts que nous avons payé entre 1980 et 2008 !

La dette à fin 1979 était de 239 milliards d’euros, déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s’établit à 1 327 milliards d’euros !
Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1 088 milliards d’euros et nous avons payé 1 306 milliards d’euros d’intérêts.
Si nous avions pu créer notre monnaie — faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées —
la dette publique serait quasiment inexistante aujourd’hui.


Nous préconisons :

Soit, au niveau national, une reprise du droit de création monétaire par la Banque de France (donc sans intérêts), avec un retour au franc (ou, au minimum, l’émission d’une monnaie complémentaire sociétale telle que proposée ici : http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=EMS)

Soit, au niveau de la zone euro, un droit d’émission monétaire  par la Banque Centrale Européenne (donc sans intérêts) au bénéfice des États.


Vous trouverez plus de précisions et de justifications des affirmations de ce document sur
http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque

Publicités

Démocrate donc souverainiste (J. Sapir)

15/10/2009

Entretien de Jacques Sapir au blog Horizons, tenu par Malakine.

Protectionnisme communautaire ou national ?
Horizons : Depuis plusieurs années, le protectionnisme a été défendu pour une mise en œuvre à l’échelle communautaire. Pourtant, dans un texte récent « Un an après » vous laissez la porte ouverte à un protectionnisme national. Dans l’idéal et d’un point de vue purement technique, quel serait le périmètre optimal pour une politique néo-protectionniste ?

Jacques Sapir : Il est clair que, techniquement, plus grande et plus homogène est la zone qui se protège et meilleur en est l’effet. De ce point de vue, une zone qui correspondrait au noyau initial de la CEE me semblerait optimal. On pourrait sans doute y ajouter la Suède et le Danemark. Mais, nous sommes confrontés à deux problèmes :

– Tout d’abord le démantèlement d’une partie de la protection sociale tel qu’il est organisé en Allemagne par les lois qu’a fait voter le chancelier Schröder et que Mme Merkel n’aura de cesse de renforcer dans son alliance avec les Libéraux. De fait, l’Allemagne se met en position de concurrence sociale par rapport aux autres pays du « noyau » historique.

– Ensuite, les oppositions au néo-protectionnisme risquent d’être virulentes en Allemagne et aux Pays-Bas.

C’est pourquoi le périmètre réaliste sera probablement – du moins pour une période initiale – plus faible que le périmètre « optimal ». On peut penser qu’une alliance France-Italie-Belgique pourrait constituer une bonne base de départ. Cependant, on ne doit pas exclure une solution purement nationale. Dans la situation actuelle, tout est préférable au statu-quo. Néanmoins, il faut comprendre qu’une telle solution nationale serait appelée à s’élargir rapidement.

Notons que si les autres pays réagissent à la démarche protectionniste de l’un d’entre eux en mettant, à leur tour, des barrières protectionnistes on aura beau jeu de leur dire « pourquoi pas tous ensemble ? ».

Ce qui me fait penser que tenter le saut du protectionnisme ne serait-ce qu’au simple niveau de la France ne présente aucun risque. Soit les autres pays ne réagissent pas, et dans ce cas nous rétablissons assez vite notre balance commerciale, soit ils réagissent et dans ce cas, comme ils auront aussi fais sauter le tabou qui pesait sur des mesures protectionnistes nous serons dans une excellente position pour négocier avec eux des mesures communes.

Le véritable problème est celui du tabou qui pèse aujourd’hui sur le protectionnisme. Qu’il saute et d’une certaine manière nous avons gagné.

Lire l’intégralité de l’entretien sur le blog de Malakine


Benoît Hamon est-il idiot? (Jacques Sapir)

04/10/2009


L’annonce par François Fillon d’un budget pour 2010 avec le déficit record de 8,5% du PIB a provoqué de nombreuses réactions. Jean-Pierre Raffarin a ainsi, sur Canal+ trouvé ce chiffre trop important. Il est dans son rôle traditionnel et cela n’étonne personne. Par contre, les déclarations de Benoît Hamon à la rigueur le 27 septembre selon lequel la France « était ruinée » sont beaucoup plus surprenantes2. Elles ont été confirmées, mais ceci est un peu moins surprenant, par des déclarations allant dans le même sens de François Hollande.

Ainsi, les socialistes se seraient convertis à la rigueur budgétaire ?

Venant après leur conversion à l’Europe libérale, ceci ne serait guère étonnant, si cela n’introduisait une dissonance majeure dans leur discours. Disons le tout net : il est peu probable que les socialistes gagnent en crédibilité sur cet argument, mais ils perdront certainement celle qu’il pouvait encore conserver, et en particulier Benoît Hamon, sur d’autres arguments, comme la politique industrielle ou le protectionnisme européen3.

Benoît Hamon est-il idiot (1) ?

Il faut tout d’abord reprendre les chiffres, et visiblement Benoît Hamon ne les connaît pas, ni tous ceux qui tiennent un discours catastrophiste sur la dette.

sapir1

Ici encore, on constate que la France est dans la moyenne des pays industrialisés. La dette s’accroît bien plus vite chez les ex-« bons élèves » que furent les Pays-Bas, la Finlande, l’Irlande et l’Espagne. Il est vrai que pour les pays les plus endettés il n’y avait guère de marges de manœuvres (Italie, Grèce et Belgique).

sapir2


Cependant, ceci ne donne qu’une image partielle du problème de l’endettement. À la dette publique encore faut-il ajouter celle des ménages et celle des entreprises. Et là, une surprise nous attend.

En 2006, la France était le moins endettée de tous les grands pays d’Europe (Figure 1). Ceci était dû à la relative faiblesse de l’endettement des ménages. Les deux champions de l’endettement étaient l’Espagne et la Grande-Bretagne. Quant aux États-Unis, avec plus de 240% de dette globale, ils apparaissaient bien comme les champions toute catégorie.

Si l’on regarde maintenant 2010, avec des calculs supposant que les ménages se désendettent dans tous les pays où ils sont fortement endettés et que l’endettement des entreprises tend à s’accroître, on constate alors que l’endettement de la France reste légèrement inférieur à celui de l’Allemagne, et très nettement inférieur à celui de la Grande-Bretagne et de l’Espagne (Figure 2).

Il est exact que ces chiffres n’incluent pas, et cela est vrai pour TOUS les pays, la totalité de la dette publique. Ainsi, certains des comptes sociaux, ou la dette garanties par l’État de certaines entreprises aux États-Unis, ne sont pas inclus dans la dette publique. Les chiffres ici doivent être compris comme des chiffres comparables mais non pas complets.

sapir3

sapir4

Cependant, la différence entre ces chiffres comparables et les chiffres réels est à peu près la même suivant les différents pays. Aussi est-ce pour cela que l’on utilise ces données4.

Il est enfin exact que la structure de l’endettement explique aussi ces différences entre les pays et ces prévisions pour 2010. Mais, toute dette doit bien être un jour (normalement) payée, qu’elle soit privée ou publique. La seule réalité qui compte est celle de l’endettement global des agents de l’économie et non la simple dette publique. Pour avoir oublié cette vérité, tel un Peyrelevade, ou un feu Raimond Barre, Benoît Hamon mérite, si ce n’est un bonnet d’âne du moins qu’on lui tire (un peu) ses oreilles.

Benoît Hamon est-il idiot (2) ?

Il faut maintenant revenir sur le fonds de l’argumentation. Dans une récession, si l’on veut faire de la relance, il n’y a pas d’autres solutions que d’injecter de l’argent, et cela s’appelle le déficit budgétaire. Même le modèle IS-LM, qui est à Keynes ce que la musique militaire est à la musique et les restaurants universitaires à la gastronomie, le montre5. Cela, un dirigeant du PS aspirant aux plus hautes fonctions devrait le savoir.

On peut certes toujours ergoter sur la manière dont les fonds sont distribués, trouver que l’on a fait trop de cadeaux aux plus riches (c’est vrai), que l’on n’exerce pas assez de contrôle sur les entreprises qui bénéficieront des subsides de l’État (c’est aussi vrai…), et que le plan de relance n’est probablement pas assez efficace (c’est encore vrai). Bref, les thèmes sur lesquels on peut critiquer le gouvernement et le Président ne manquent pas. On peut aussi rappeler que notre Président s’était engagé en faveur des hypothèques rechargeables, dont on a vu le succès aux États-Unis avec les « subprimes ». On peut dénoncer sa gestion par le discours de la crise, ses effets d’annonce jamais suivis de transformation en mesures réelles et concrètes, sa capacité à présenter comme une avancée majeure des micro-mesures.

Mais, attaquer sur la dérive budgétaire alors que nous sommes en pleine crise et que cette crise va durer est tout bonnement irresponsable. Ce qui menace la France et l’Europe aujourd’hui c’est la déflation, pas le déficit public. Vouloir entonner cette antienne c’est préparer les verges avec lesquelles on se fera battre une fois au pouvoir. Car, nos apprentis pères la rigueur du PS trouveront, toujours plus à droite et toujours plus rigoureux qu’eux.

La raison pour laquelle il faut du déficit budgétaire est simple. D’une part, et on l’a dit, il faut injecter de l’argent dans l’économie et ce à un moment où les effets de la crise de liquidité ne sont pas pleinement surmontés. Dans le secteur des PMI/PME, le nombre des faillites est déjà en train d’augmenter6 et les plans sociaux qui seront annoncés cet automne risquent d’avoir un effet désastreux.

D’autre part, seul l’État peut investir dans une telle situation et ce alors que l’investissement est globalement paralysé. La France a pris du retard en ce domaine, entre autres choses par la faute de l’Europe qui impose peu à peu sa déréglementation dans les services publics7. La période se serait prêtée à un grand plan de développement des transports fondés sur la redynamisation de la SNCF. On peut en dire autant dans le domaine de l’énergie, où l’on va comprendre – mais un peu tard – que la logique du « découplage » entre producteurs et réseaux de transports, qui a été mise en oeuvre afin d’imposer la concurrence va nous conduire à des choix qui seront à la fois malthusiens (avec comme conséquence des « black-out » à répétition8) et écologiquement non durables9.

S’il y a une chose, que l’on peut reprocher au plan de relance du gouvernement, c’est de ne pas mettre l’accent sur les investissements publics – les sommes engagées sont dérisoires – et de ne pas avoir exigé de la Commission de Bruxelles un moratoire sur l’application des directives concernant la concurrence. Il y avait là une bataille qui avait un sens et qui aurait préparé l’opinion à une autre politique. Mais peut-être est-ce cela que l’on veut éviter ?

Bref, il est clair que Benoît Hamon a dit là quelque chose qu’il regrettera, et qui ne reflète d’ailleurs probablement pas sa pensée. Pour cela on peut bien lui tirer (un peu) les oreilles…

Benoît Hamon est-il idiot (3) ?

Ceci nous ramène à ce qui semble être devenu la stratégie du PS. Quoi qu’il arrive, c’est la faute de Sarkozy et du gouvernement. Il pleut ? C’est la faute de Sarko ! Il fait trop chaud ? C’est la faute de Sarko !

Que l’on ne se méprenne pas sur mon propos. Il y a plein de choses à critiquer dans la politique de Sarkozy et de ce gouvernement. Je l’ai dit, et je le répète. En particulier dans sa gestion de la crise, dans sa politique qui consiste à tenir des discours ronflants et à ne rien faire, voire à faire le contraire, par la suite. On doit aussi lui reprocher de tout ramener à lui et d’avoir, par son ego démesuré, mis à mal les institutions. Quant à la politique de François Fillon avant le déclenchement de la phase aiguë de la crise, elle pouvait s’apparenter à celle d‘un Pierre Laval dans les mêmes circonstances. En cherchant à affaiblir le système de protection social du pays, il a en réalité rendu la crise plus violente quand celle-ci s’est déclenchée. Nombre des mesures prises dans l’urgence sont aussi très discutables. Ainsi la « prime à la casse, qui incontestablement donne de bons résultats dans l’immédiat, n’est rien d’autre qu’une mesure qui avance sur aujourd’hui une consommation qui était prévue demain.

Mais, le total de la consommation tel qu’il se répartit dans le temps en reste inchangé10.

Bref, il y a de quoi articuler une réelle critique de gauche contre le gouvernement et contre notre Président. Mais, tenir ce discours du « c’est la faute à Sarko » sur tout et n’importe quoi va poser un redoutable problème de cohérence à ses opposants.

Ils n’arrivent même pas à comprendre que ce qui maintient en un sens Sarkozy au pouvoir, outre bien sur les institutions, c’est l’incohérence et donc le manque de crédibilité de l’opposition. Ce n’est pas en épousant pour un instant le discours de la rigueur, quitte le lendemain à revenir brutalement aux sources d’un discours beaucoup plus traditionnel, que le PS sortira de son problème de crédibilité.

Il faut aussi comprendre que ce problème est consubstantiel à TOUS les partis sociauxdémocrates qui ont fait leur tournant libéral. Le SPD l’a payé durement lors des récentes élections en Allemagne non seulement au profit du Linke qui est passé de 7% à 13% mais aussi, et c’est plus grave pour toute la gauche allemande, au profit d’une abstention importante qui a permis à la droite de former une majorité. C’est bien la politique du SPD qui, en écœurant ses propres électeurs, a permis la victoire d’Angéla Merkel et des libéraux.

Ce qui nous ramène au problème stratégique du PS et à celui de Benoît Hamon. À dire sur France-2 avec emphase « la France est ruinée » (ce qu’il a répété à trois reprises) il a oublié les choses suivantes:

(i) Que la France n’est pas plus ruinée que les autres pays d’Europe, ce que j’ai montré au début de ce texte.

(ii) Que ce qui ruine la France, c’est plutôt une politique fiscale induite par l’absence (durable) de compromis européen en la matière, situation qui nous expose à être les jouets des politiques fiscales d’autres pays, bien décidés à faire de la concurrence fiscale leur maître mot. En l’absence de barrières protectionnistes face à ses pays, nous n’avons plus de réelles capacités à gérer notre fiscalité.

(iii) Que ce qui ruine la France, c’est d’abord la désindustrialisation induite par la mise en concurrence sur la base « moins coûtant » entre des économies où la formation des coûts se fait sur des bases très différentes, mais où la productivité converge avec la nôtre, par le biais des investissements étrangers11. C’est pour lutter contre ce phénomène que nous avons dans un premier temps détaxé nos entreprises puis dans un deuxième temps que nous avons subventionné ces mêmes entreprises (par le remboursement des charges sociales), en n’arrivant au bout du compte qu’à freiner le processus mas pas à l’arrêter. Seules des mesures protectionnistes sont en mesure d’inverser cette situation, ce que Benoît Hamon sait bien, puisqu’il se prononce en faveur de ces mesures12.

(iv) Que ce qui ruine la France c’est, pour finir, une politique de financiarisation de l’économie qui a soumis l’ensemble de nos activités à la loi de la formation des profits sur les marchés financiers. Non seulement cette politique ruine la France, mais elle tue les travailleurs, comme le montre la montée des coûts de santé directement liés au « stress au travail » et comme en témoignent les suicides à  France-Telecom. Notons ici que le PS, et Benoît Hamon, aurait mieux inspiré s’ils avaient déposé une plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » contre le PDG de cette compagnie.

Ce sont ces politiques les premières responsables des maux que nous connaissons. La responsabilité en est cependant partagée entre la droite et le PS, et telle est probablement la raison pour laquelle Benoît Hamon ne peut, ou ne veut, tenir le discours de la vérité.

Rappelons ici la politique désastreuse de Jacques Delors, alors Ministre des Finances de François Mitterrand, suivi de la politique non moins désastreuse de Pierre Bérégovoy toujours en tant que Ministre des Finances (paix à ses cendres…), enfin la politique du gouvernement Jospin de 1997 à 2002. S’il y a une leçon à tirer de toute cette histoire, c’est que la gauche quand elle mène une politique de droite finit toujours par faire le lit de cette dernière.

En fait, Benoît Hamon n’est pas idiot. En tant que porte-parole d’un parti qui a abdiqué toute prétention à changer notre société, il est obligé de donner dans la plus basse démagogie, au risque de rendre son propre discours – celui qu’il tient en tant que dirigeant du courant Un Monde d’Avance – complètement inintelligible et inaudible. Le Benoît Hamon de UMA arrivera-t-il à faire oublier ce que le Benoît Hamon, porte-parole du PS, a dit ? Rien n’est moins sûr. La cohérence est l’un des atouts majeurs en politique, ce que nous savons depuis des lustres.

Pour avoir oublié cette leçon, Benoît Hamon mérite bien qu’on lui tire (un peu) les oreilles.

Comment en sortir ?

Ceci étant, la dette publique pose bien le problème de son remboursement. Certes, pas dans les termes catastrophistes que l’on nous présente, de Benoît Hamon à quelques autres. Mais, il est clair que cette dette pose le problème du risque d’une déflation, et donc d’une inscription dans une dépression de longue durée.

Il faut ici poser une question, autrement plus importante que celles qui sont posées par le porte-parole du PS : pourquoi la Banque Centrale Européenne prête-t-elle à 1% aux banques alors que le gouvernement doit emprunter à 3,51% ?

Il y a là un scandale qui est autrement plus grave que celui du Budget prévu pour 2010.

Pourquoi la BCE ne reconnaît-elle pas l’effort que font les gouvernements pour maintenir l’activité, et n’accorde-t-elle pas à ces derniers les mêmes faveurs qu’aux banques, qui sont quand même, il ne faudrait pas l’oublier, les responsables de la crise dans laquelle nous sommes plongés ?

Bien entendu, nous connaissons la réponse : le statut de la BCE. Celui-ci fait obligation à cette dernière de lutter contre l’inflation.

Sauf que, le financement d’une partie de la dette publique par la Banque Centrale ne provoque pas obligatoirement une inflation. On connaît l’histoire de l’Allemagne e 1923-24, mais on oublie que la Banque Centrale Allemande a eu à financer, outre les dettes accumulées, un déficit budgétaire dépassant les 30% et lié au financement par l’État de la grève générale dans la Ruhr pour protester contre l’occupation par les troupes Belges, Françaises et Italiennes. On pourrait multiplier les exemples et l’on s’apercevrait que les hyper-inflations ont, à chaque fois, étaient déclenchées par un choc exogène violent (occupation de la Ruhr, financement d’un chasseur dans le cas d’Israël, etc.). De plus, nous sommes actuellement beaucoup plus menacés par la déflation que par l’inflation.

Dans ces conditions, et si nous étions dans un monde, si ce n’est parfait du moins composé de gens raisonnables, nous pourrions avoir une décision de la BCE de financer à 1%, voire à 0%, la partie du déficit qui est (a) directement lié à la crise (soit le résultat des baisses de collecte fiscale et des plans de relance) et (b) qui porte sur les efforts d’investissement que font les États. Ceci ne concernerait pas les dépenses courantes. Ces conditions seraient généralisées pour la seconde partie mentionnées ici de ces déficits, et seraient par contre restreintes à la durées de la crise pour la première partie.

Dès lors, le financement des mesures nécessaires à la sortie de la crise pourrait avoir lieu sans exercer une contrainte sur la croissance future et mettrait fin à l’actuelle surévaluation de l’Euro qui coûte si cher à l’économie Française13.

Mais, et nous le savons bien, nous ne sommes pas dans un monde peuplé de gens raisonnables. L’expérience passée le prouve hélas ; on a sacrifié la croissance à une certaine conception de la zone Euro14. Il faut alors penser comment y faire triompher la raison.

Une première solution serait de menacer de quitter la zone Euro. Cette menace ne serait pas prise à la légère par nos partenaires, surtout si elle s’accompagnait de mesures préparatoires rendant possible une telle sortie. L’Allemagne, pour ne parler que d’elle, ne saurait voir sans effroi la France sortir de la zone Euro et dévaluer sa monnaie d’environ 20% à 25%. L’impact sur le commerce extérieur Allemand serait immédiat. Ceci devrait logiquement nous éviter d’avoir recours à cette extrémité, et l’on peut penser qu ‘un compromis est possible sur le statut de la BCE.

Cependant, ce compromis ne sera possible que si nos partenaires sont réellement convaincus de notre volonté de quitter la zone Euro. Aussi faut-il envisager sérieusement cette solution, ne serait-ce que pour ne pas avoir à l’appliquer.

La sortie de la zone Euro pose en réalité trois problèmes : un problème technique (l’impression de nouveaux billets), un problème monétaire (quel taux de change et quelle convertibilité), enfin le problème de la dette accumulée. Ce sont des problèmes sérieux, mais nullement insolubles.

Le premier problème, celui de l’impression des nouveaux billets, peut-être résolu dans un délai de 6 mois. C’est d’ailleurs le délai que le gouvernement français devrait donner à ses partenaires dans la négociations.

Le second problème est celui du taux de change. Il est clair qu’une sortie de la zone Euro doit s’accompagner d’une dévaluation de 20% à 25% pour être efficace. La première chose à faire sera de réintroduire immédiatement un contrôle des changes et des capitaux, et ceci dés l’annonce du délai que nous donnons à nos partenaires. Cette mesure les convaincra par ailleurs du sérieux de notre volonté. Si un accord peut être atteint avant l’échéances des 6 mois, ce que je souhaite, il est clair que ces mesures seront levées. Sinon, elles sont appelées à être maintenues pour stabiliser le cours du Franc tant à la baisse qu’à la hausse. Pour certaines d’entre-elles, un assouplissement progressif est concevable (essentiellement pour les mesures portant sur les délais de change liés aux opérations commerciales). Rappelons enfin que le développement de la pratique des cartes bancaires rendra le contrôle des changes beaucoup plus efficace que ce qu’il n’était auparavant. Un problème connexe est celui de la transformation des comptes bancaires de l’Euro en Franc. On peut proposer que cette transformation se fasse à des taux différents suivant les montants. Par exemple, si nous partons de l’hypothèse qu’un Franc vaudra 0,8 Euro (dévaluation de 20% à partir de l’Euro ou de 25% à partir du nouveau cours du Franc), nous pourrions avoir une transformation sur la base d’un coefficient de 1,25 (soit 1,25 Franc pour 1 Euro) pour les livrets A et tous les comptes d’épargne populaire à hauteur de 50 000 Euros. Le taux pourrait alors passer progressivement de 1,25 à 1 pour les autres comptes et les tranches supérieures. Bien entendu, ceci s’appliquerait uniquement aux personnes résidant en France et, sous certaines conditions qui resteraient à préciser, aux français non-résidents. Pour tous les résidents par contre leur endettement sera transformé en Franc au cours de 1 pour 1. En établissant ainsi une différence entre le traitement des dépôts et des dettes, on contribuera à alléger la dette des ménages les plus exposés et l’on contribuera à leur solvabilité.

Reste le troisième problème, celui de la dette, qui est de loin le plus délicat. Notre dette est désormais libellée en Euro. Elle ne pourra donc que s’accroître face à la dévaluation de notre PIB calculé en Franc. La solution ici réside dans le rachat de cette dette par tranches annuelles successives, par l’émission d’une dette nouvelle en Francs ou dans un défaut partiel. La première de ces solutions est à souhaiter, dans la mesure où un défaut, même partiel, nous condamnerait pour un certain temps à renoncer aux marchés financiers étrangers. Cependant, dans la mesure où la convertibilité du Franc serait limitée aux opérations commerciales, un tel renoncement aurait probablement moins d’effets que ce que l’on peut imaginer. Notons qu’en ce qui concerne des nouveaux déficits, les règles expliquées plus haut s’appliqueraient, et qu’il ne serait pas question de faire financer, sauf exception due à une conjoncture économique particulièrement mauvaise, les déficits de fonctionnement par la Banque Centrale (qui serait redevenue la Banque de France). Ceci aurait aussi pour effet d’obliger l’État dans la présentation de son budget à soigneusement distinguer ce qui relève du fonctionnement de ce qui relève de l’investissement.

Nul ne doute que sortir de l’Euro serait une opération difficile, mais elle est loin d’être impossible. Mieux vaudrait ne pas avoir à le faire, mais ceci reste largement suspendu à la décision de nos partenaires. Prévoir le plus mauvais des scenarii relève donc d’une politique réaliste. Non que l’on souhaite une telle issue, mais on la considère comme possible.

Il faut ici noter que si, par malheur, nous devions sortir de la zone Euro, alors la dévaluation de 25% que l’on préconise pourrait nous permettre de renoncer, du moins temporairement, à l’adoption d’un système protectionniste vis-à-vis des autres pays de l’Union Européenne. Le problème se poserait cependant toujours pour des pays extérieurs à cette zone.

On peut certes rétorquer que l’on aurait alors mis à mal ce qui passe aux yeux de certains pour la plus grande conquête du second septennat de François Mitterrand. À cela on peut répondre qu’il n’y a que les imbéciles qui fétichisent un symbole, et qu’il est bien plus important d’assurer la prospérité de la France que de se cramponner à un symbole. Pour autant que je le sache Benoît Hamon n’est pas un imbécile.


1 Directeur d’Étude à l’EHESS.

2 Associated Press, 29/09/2009.

3 AGORAVOX, 30 septembre 2009, Interview de Benoît Hamon.

4 Et on rappellera ici qu’une partie de la dette publique des Länder n’est pas consolidée avec la dette publique en Allemagne, que les Etats-Unis ont étendu la garantie de l’État à diverses entreprises financières dont la dette représente environ 15% du PIB, qu’en Grande-Bretagne la dette des collectivités locales n’est pas consolidée à la dette publique, etc…

5 Et ici, l’auteur de ce texte plaide coupable d’avoir, dans le début des années 1980, contribué à enseigner ce modèle à des étudiants en 2ème année d’économie, tout en sachant pertinemment qu’il était très loin de représenter le raisonnement de Keynes. Mais il plaide aussi les circonstances atténuantes. Le professeur en titre s’appelait Dominique Strauss-Kahn.

6 La Tribune, 29 septembre 2009.

7 On lira avec profit sur les effets de la politique européenne de la concurrence dans le domaine del’assurance

D. Scalera et A. Zazzaro, « The Unpleasant Effects of Price Deregulation in the European Third-Party Motor Insurance Market : A Theoretical Framework », The B.E. Journal of Economic Analysis & Policy, vol. 7 (2007) : Issue I (Contribution), Article 50. URL: http://www.bepress.com/bejeap/vol7/iss1/art50.. Cet article peut tout à fait s’appliquer au secteur des services publics.

8 S. Borenstein, « The trouble with electricity markets: Understanding California’s restructuring disaster » in Journal of Economic Perspective, vol. 16, n°1/2002, pp. 191-211.

9 J. Percebois et P. Wright, « Electricity consumers under the state and the private sector: comparing price performance of the French and UK electricity industries, 1990-2000 » in Utilities Policy, n°10/2001, pp. 167-179.

10 Ce que l’on appelle la consommation inter-temporelle.

11 P. Artus, “Quels risques pèsent sur les salaries européens?”, Flash-Economie n°2006-153, 11 avril 2006, IXIS, Paris. Voir aussi P. Artus, “Pourquoi l’ouverture aux échanges semble être défavorables dans certains cas?”, Flash-Economie n°2004-53, 17 février 2004, CDC-IXIS, Paris.

12 Voir son interview dans AGORAVOX du 30/09/2009.

13 F. Cachia, “Les effets de l’appréciation de l’Euro sur l’économie française”, in Note de Synthèse de l’INSEE, INSEE, Paris, 20 Juin 2008.

14 J. Bibow, “Global Imbalances, Bretton Woods II and Euroland’s Role in All This” in J. Bibow and A. Terzi (eds), Euroland and the World Economy: Global Player or Global Drag?, New York (NY), Palgrave Macmillan, 2007.